top of page

La Mutation Immobilière de Paris avec le PLU Bioclimatique

Depuis le 5 juin dernier, l'implémentation du nouveau Plan Local d'Urbanisme (PLU) bioclimatique a profondément secoué le marché de l'immobilier parisien. Cette refonte stratégique vise en premier lieu à désurbaniser les centres-villes, accordant une place prépondérante aux espaces verts et parcs pour privilégier la végétation.


Ce PLU impulse divers projets, dont l'équité en centre-ville visant à redistribuer de manière équilibrée les logements, offrant ainsi aux populations les plus modestes la possibilité de réintégrer le cœur de la ville.


Les nouvelles dispositions relatives aux logements requièrent la création de mixités fonctionnelles en faveur de l'habitat. Toute transformation, extension, ou changement de destination impose après travaux une surface de plancher habitable représentant >11% de la surface de plancher effective, avec un minimum de 500m2.


Également, l'introduction de 611 nouveaux emplacements pour le logement engage à dédier une portion de surface de plancher à l'habitation, avec une part définie pour les logements sociaux ou abordables.

Quant aux locaux commerciaux, les restrictions sont tout aussi contraignantes. Les transformations en bureaux sont limitées, avec une poussée vers une mobilité douce, exigeant un minimum de 7% de la surface de plancher pour des locaux vélos ou places de stationnement.


Ce PLU proscrit les Immeubles de Grande Hauteur (IGH) au-delà de 37 mètres, sauf exceptions liées aux logements. Il encadre strictement les activités logistiques, autorisées uniquement sur des terrains non résidentiels.


Analyse : Les Répercussions Immobilières du PLU Bioclimatique


Depuis l'instauration de ce nouveau PLU, le paysage immobilier de Paris subit une métamorphose profonde, plaçant au premier plan la désurbanisation en faveur des espaces verts. En tant qu'expert immobilier, décrypter ces changements majeurs et évaluer leurs implications sur le marché devient crucial.

L'objectif essentiel de ce PLU est clair : rééquilibrer les centres-villes en favorisant la végétation et l'équité dans le logement. Les projets visant une répartition plus juste des habitations redéfinissent la dynamique urbaine, demandant une approche novatrice dans l'évaluation immobilière.


Les nouvelles dispositions sur les logements imposent une création de mixité fonctionnelle, renforçant l'engagement en faveur de l'habitat. Les critères stricts pour les constructions neuves, les rénovations lourdes ou les changements de destination exigent une adaptation minutieuse dans les évaluations.

L'introduction de 611 nouveaux emplacements réservés aux logements introduit une dimension sociale et incite les professionnels de l'immobilier à repenser la conception des espaces alloués à cet effet.

Pour les bureaux, les contraintes du PLU bioclimatique représentent un défi de taille. La limitation des transformations et l'intégration accrue des mobilités douces exigent une évaluation attentive des infrastructures existantes.


En conclusion, ce PLU redéfinit les normes immobilières, appelant les acteurs du secteur à une adaptation rapide et une vision prospective. L'avenir de l'immobilier urbain réside dans une évaluation immobilière sensible aux enjeux environnementaux, sociaux et économiques, tout en intégrant les contraintes nouvelles du PLU bioclimatique pour contribuer à façonner une ville plus durable et résiliente.

34 vues0 commentaire
bottom of page